Mobilités

Faciliter les mobilités à l'heure du numérique

October 2018
Temps de lecture : 10 min
Les systèmes de transport intelligents désignent les technologies (applications et outils) utilisant l’informatique et la télécommunication (systèmes de billettique sans contact, outils d’aide à l’interopérabilité des sites de covoiturage, applications de logistique urbaine, etc.) qui permettent de répondre à trois objectifs principaux : sécurité, efficacité et régulation des transports(1). À l’heure du projet de loi d’orientation des mobilités (LOM), l’enjeu de la mobilité, depuis longtemps à l’ordre du jour pour les collectivités, est réaffirmé. Faciliter l’intermodalité est aujourd’hui plus aisé grâce au développement d’une mobilité servicielle et d’offres individualisées, incluant des offres d’écomobilité tel que le véhicule électrique. Cependant la variété de ces offres de mobilité demeure encore le privilège des territoires urbains ultraconnectés.

Les points à retenir

1. L’intermodalité : une priorité pour les collectivités territoriales en particulier pour les territoires périurbains et ruraux

2. Le stationnement intelligent : un levier économique puissant pour les collectivités et une opportunité pour affirmer une stratégie de mobilité durable

3. L’avènement du concept Mobility as a Service : une mobilité servicielle qui répond aux besoins d’une population de plus en plus connectée

4. Les véhicules autonomes, électriques et connectés : un développement territorial encore inégal

L’intermodalité : une priorité pour les collectivités territoriales en particulier pour les territoires périurbains et ruraux

Lutter contre l’utilisation de la voiture en solo en facilitant les connexions entre les différents réseaux et modes de transports et améliorer le confort des voyageurs, tels sont les deux enjeux majeurs de l’intermodalité. L’intermodalité, objectif premier des territoires, se définit comme un parcours de mobilité simple, avec des informations éclairées, des services et une offre sécurisée, fiable et diversifiée (2).

Afin de rééquilibrer l’offre de mobilité, favoriser les pôles d’échanges multimodaux et l’usage des modes actifs (piétons, vélos, trottinettes, etc.) ne suffit plus. L’heure est aujourd’hui à l’usage du numérique et notamment à la simplification billettique et tarifaire qui facilite l’usage de transports plus durables.

Pour répondre à ces objectifs, les systèmes de transport intelligents se développent de manière hétérogène sur le territoire. Ceux-ci permettent notamment de répondre à l’objectif d’intermodalité, comme l’illustre la solution Oise mobilités : un système billettique unique intégrant également des informations concernant 14 offres de transports (covoiturage, bus, cars, vélos, etc.) (3).


Le stationnement intelligent : un levier économique puissant pour les collectivités et une opportunité pour affirmer une stratégie de mobilité durable

La dépénalisation du stationnement entrée en vigueur le 1er janvier 2018 (4) représente une opportunité pour les collectivités de repenser leur stratégie de mobilité. Grâce à une meilleure connaissance des usages et une politique de stationnement adaptée, les collectivités ont la possibilité d’inscrire leur territoire dans une démarche durable.

La mise en place d’observatoires du stationnement récoltant des données sur l’utilisation de l’espace public, le taux de rotation et le taux de paiement permet d’optimiser la politique de stationnement et de faciliter les mobilités pour les usagers. À Strasbourg (67), cet observatoire a généré des bénéfices socio-économiques de l’ordre de 28 millions d’euros, pour seulement 350 000 euros investis.  Ces différents services sont destinés avant tout à améliorer la mobilité de l’usager mais aussi sa santé. Ainsi, grâce à la profusion des solutions numériques (applications, logiciels), les impacts socio-économiques sont nombreux : baisse de l’accidentologie, diminution du temps de recherche d’une place, diminution des gaz à effet de serre et de la pollution sonore, etc (5).

L’offre d’applications numériques devient accessible et variée et les applications proposent des solutions individualisées, comme le démontrent les applications détectant les places de parking pour les personnes à mobilité réduite.


L’avènement du concept Mobility as a Service : une mobilité servicielle qui répond aux besoins d’une population de plus en plus connectée

Le défi de la mobilité a changé. Si, auparavant connecter et desservir les territoires était l’unique priorité, aujourd’hui améliorer le confort de l’usager, diminuer son temps de parcours et, surtout, lui proposer des services tout au long du chemin est l’objectif premier. Le secteur de la mobilité l’a bien compris et de nombreuses interfaces numériques se développent pour rassembler les différents services disponibles au sein d’une même application numérique à l’image de Citymapper. C’est également le cas de Moovit, une application qui aide les voyageurs à connaître leur temps de parcours et leurs offres de mobilité en temps réel. A travers sa plate-forme Moovit Urban Mobility Analytics, elle met à disposition des territoires et citoyens ses données anonymisées concernant les parcours usagers (6).

Cependant, une fracture se dessine entre une population urbaine ultraconnectée, en attente de nouveaux services (tels les nouvelles offres de free floating) et une population rurale ou périurbaine qui bénéficie d’une offre souvent diminuée, malgré un besoin croissant d’offres diversifiées.

Les applications restent en cours de développement avec un grand nombre de services, comme le covoiturage ou l’autopartage, rarement recensés. De multiples interfaces redirigent les usagers vers d’autres applications et les offres de paiement n’incluent pas non plus tous les transports alternatifs, ce qui rend leur utilisation complexe pour des usagers pressés. Ainsi, la réflexion sur les packs de mobilité, pour lesquels une application numérique permettrait de payer tous les transports et de les adapter à la situation de chacun (pack famille, pack couple, pack enfants) devrait bientôt se généraliser sur le marché de la mobilité. De plus, le secteur des transports à la demande se développe en milieu rural, comme l’illustrent les solutions de bus à la demande et notamment l’initiative ComComBus dans la communauté de PRB, en Alsace, où les véhicules conduisent les habitants à la destination de leur choix (7).


Les véhicules autonomes, électriques et connectés : un développement territorial encore inégal

Si l’on constate une hausse de 13,2% du nombre de voitures électriques nouvellement immatriculées en France en 2017, ces dernières ne représentent encore que 1,2% du marché automobile (8). L’offre de recharge ne cesse de s’améliorer, avec une augmentation des bornes de recharge et de nouveaux systèmes de recharge intelligents, comme l’illustre la solution Sunny Moov de Sodetrel qui se développe à la Réunion (97). Cette solution priorise une recharge directement par les panneaux photovoltaïques, via l’énergie solaire stockée dans les batteries, et si nécessaires par le réseau électrique (uniquement en période favorable grâce à un échange entre le réseau et les bornes de recharge) (9).

Parmi les dernières avancées technologiques, les véhicules autonomes se font attendre. Ces véhicules avec lesquels les usagers pourront pratiquer une autre activité que la conduite ne sont pour l’instant pas commercialisables. Au-delà des préoccupations sécuritaires et techniques concernant la reconnaissance visuelle, la problématique de la recharge, la topographie des routes, la question majeure de l’usage se pose une fois de plus. Les véhicules autonomes répondent de manière optimale à la problématique du dernier kilomètre mais un usager vivant dans un territoire rural a-t-il besoin de circuler dans un véhicule autonome ?

Ici, les territoires ont un grand rôle à jouer car l’introduction de véhicules électriques et autonomes est non seulement un enjeu de mobilité mais aussi d’aménagement des territoires. Comment partager l’espace public, entre véhicules électriques, piétons et cyclistes ? Ces questions cruciales pour les territoires devront trouver une réponse rapidement alors que les premières expérimentations sont en cours sur le territoire français (10). Parmi les expérimentations en cours, à Rouen, les usagers pourront utiliser à partir de la fin de l’année quatre véhicules autonomes (Renault Zoé) et une navette autonome (11).

Les véhicules électriques

***

1. Systèmes de Transport Intelligents, l’expertise française, ministère de la Transition écologique et solidaire, Ministère chargé des transports, collection expertise française, juin 2017.
2. Mobilités et intermodalité, la nouvelle donne : les enjeux de l’intermodalité dans la perspective de la nouvelle planification régionale, Assemblée des Communautés de France, Transdev, juillet 2016.
3. Systèmes de Transport Intelligents, l’expertise française, ministère de la Transition écologique et solidaire, Ministère chargé des transports, collection expertise française, juin 2017.
4. Suite à l’adoption de la loi n°2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles.
5. Smart City : gadget  ou création de  valeur collective ?  L’évaluation socio-économique appliquée à la ville intelligente à travers cinq études de cas, par CITIZING et OpenCitiz pour le Groupe Caisse des Dépôts, Syntec Numérique, Advancity et Systematic Paris-Région, novembre 2017.
6. Site internet de Moovit
7. Site du Pays Rhin-Brisach
8. Chiffres 2017 de l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
9. Actualités, EDF à la Réunion
10. Tableau de bord pour une mobilité autonome durable, Mathieu Sajot, Laura Brimont, Olivier Sartor, IDDRI, SciencesPo, n°02/18, avril 2018.
11. Rouen Normandy Autonomous Lab : Premiers tours de roue avant l’ouverture au public, Transdev, 26 juin 2018.

Collectivités, avez-vous pensé à :

- Faire une étude approfondie pour comprendre les besoins et pratiques de votre territoire ?

- Mettre en place un observatoire du stationnement ?

- Mettre en œuvre des expérimentations afin de recueillir les besoins de la population et son appétence pour les nouvelles offres de mobilité ?

Demandez un diagnostic

Découvrir un cas pratique

Mobilités
Les Hauts-de-France, une région engagée dans la mobilité électrique
LIRE

Pour aller plus loin

Les solutions de mobilité soutenable en milieu rural et périurbain

Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, Réseau Action Climat

France, 2014

À lire sur Territoires Intelligents

Cybersécurité
Cybersécurité et territoires intelligents : les collectivités territoriales sont devenues des cibles de choix
LIRE
Territoires
Mieux connaître et piloter mon territoire
LIRE
Civic tech
Impliquer davantage les citoyens (Civic Tech)
LIRE