Territoires

Mieux connaître et piloter mon territoire

October 2018
Temps de lecture : 10 min

Les points à retenir

1. Les objets connectés : un pilotage territorial augmenté

2. Les plates-formes de gestion des données : vers un pilotage transversal du territoire et une prise de décision plus éclairée

3. Aménager autrement : la planification urbaine augmentée grâce aux solutions 3D qui permettent une vision complète du territoire

4. Les postes de pilotage connectés : vers une gestion centralisée de l’espace et des équipements publics

Les objets connectés : un pilotage territorial augmenté

La dernière décennie a connu la généralisation des capteurs sur tous les objets et équipements des territoires. Les objets peuvent ainsi être connectés, reliés par des puces ou une connexion à travers des capteurs et logiciels embarqués qui connectent les données des divers mobiliers urbains, équipements et infrastructures (1). Ces données sont récupérées et traitées grâce à des plates-formes numériques qui fournissent une vision globale sur les flux, personnes et usages au sein des territoires. Au-delà de la précision des données qu’elles délivrent, elles sont un moyen d’avoir accès à l’information en temps réel.

L’offre des objets connectés s’est standardisée et les opérateurs des territoires intelligents proposent de garantir leur engagement auprès des collectivités en insérant directement au sein des contrats, ces objets de mesure de performance. Certains sont même obligatoires dans le cadre de certains marchés publics. Toutefois, ces capteurs posent la question de l’accessibilité des données générées. Une clause « données » est nécessaire pour que les collectivités gardent la main sur les données des opérateurs et favorisent l’interopérabilité, essentielle à la création de nouveaux services (2).

Différentes technologies radio permettent de connecter les objets entre eux, tels que le LPWA (Low power wide area) qui est un réseau envoyant par intervalles ou lorsque les objets sont activés les données agglomérées ou encore le M2M (Machine to machine) qui est une technologie qui permet l’envoi quasiment permanent de données en utilisant les réseaux mobiles et cartes SIM. De nouvelles technologies radios se développent, telles que le Narrowband IoT (3) (NB-IoT) ou encore la 5G qui fera prochainement son apparition. (…)

Les prix sont peu élevés, des abonnements à un euro par jour et par mois sont proposés pour une petite quantité d’objets connectés. Ici encore, une phase d’expérimentation et une étude sur les usages sont nécessaires avant de choisir la technologie correspondant au territoire, un mix des technologies étant tout à fait possible. La mise en place d’un écosystème territorial dynamique doit donc faire l’objet d’une stratégie définie en amont de ces installations, la collectivité jouant un rôle de pivot en connectant les acteurs de l’écosystème et en mettant à disposition les données qu’elle collecte. C’est le cas de la plate-forme Pavic, mise en place par le territoire d’Angers (49), qui permet un accès simplifié aux données territoriales et facilite les expérimentations liées à l’Internet des Objets.

L'internet des objets


Les plates-formes de gestion des données favorisent le pilotage transversal du territoire et permettent une prise de décision éclairée

Que faire de toutes ces données brutes collectées ? Opter pour une plate-forme de gestion des données qui facilitent la visualisation de celles-ci et l’analyse des services est une option. Ces plates-formes de gestion des données transforment les modes de gouvernance et remettent à l’ordre du jour un enjeu clef pour les territoires intelligents : la transformation de l’administration en interne. La prise de décision est transversale car celles-ci proposent un référentiel unique (même tableau de bord pour tous les agents) et un accès à l’information simplifié grâce au travail de visualisation des données. Les services peuvent développés des logiques d’alerting pour mieux gérer les défaillances et faciliter la maintenance prédictive. Cependant, les conditions de cette évolution sont nombreuses : les systèmes d’informations doivent pouvoir se combiner avec les nouvelles solutions numériques et un travail de formation avec les agents doit s’engager de manière continue. Si la transversalité et l’amélioration des services rendus à la population sont les enjeux principaux, les collectivités se saisissent également de cette opportunité pour propulser leur territoire comme lieu d’expérimentation citoyenne. C’est le cas du projet Digital Saint-Etienne, où la ville et la métropole ont organisé un hackaton en mars 2018, suite à la mise en service d’une plate-forme de collecte et traitement des données urbaines. Cette plate-forme représente une base de données essentielle pour le fonctionnement de la ville et inaugure un mode de gouvernance plus collaboratif, les habitants ayant pu développer des projets pour leur quartier (4).


Aménager autrement : la planification urbaine augmentée grâce aux solutions 3D qui permettent une vision complète du territoire

L’aménagement durable, une des priorités des territoires l’est également pour les opérateurs des territoires intelligents et principalement pour les acteurs de la numérisation urbaine de l’industrie et de la communication. De nombreuses solutions 3D se développent à titre expérimental et visent à faciliter la planification urbaine grâce à leur capacité à modéliser les données urbaines en temps réel et à planifier les impacts des futurs projets sur l’environnement urbain et les usagers.

La solution du Massachusetts Institute of Technology (MIT), City Scope, expérimentée au sein de la principauté d’Andorre, permet de simuler l’impact des interventions urbaines  : installation de véhicules autonomes, projets de bâtiments durables, etc (5).

Enfin, les solutions 3D sont l’occasion d’associer les entreprises et les citoyens qui peuvent développer ensemble de nombreuses solutions en les référençant et en testant leurs impacts sur la carte. Ce fut le cas pour le projet Santiago Deseado, projet piloté par Artelia (mandataire d’un groupement) en collaboration avec la municipalité de Santiago du Chili. Cette plate-forme numérique 3D permet d’intégrer des données, de les visualiser et d’aider les collectivités et les citoyens à développer leurs projets urbains. Orienté autour du développement durable, 70 indicateurs cartographiés (concernant la mobilité, l’urbanisme, etc.) ont été intégrés dans cet outil d’appui à la construction et à la création de politiques publiques. Ceux-ci ont permis d’évaluer les différents scénarii de développement urbain de la capitale (6) .

L’avènement des postes de pilotage connectés : vers une gestion centralisée de l’espace et des équipements publics

Si ces outils et ces plates-formes sont un premier pas vers un pilotage transversal du territoire, les postes de pilotage connectés représentent le futur des territoires intelligents. Centralisant les données et informations du territoire, ils fournissent une vision globale du territoire aux services. Le développement de contrats CREM (Conception, Réalisation, Exploitation et Maintenance) autour de grands projets de territoires intelligents et des projets de bâtiments publics, facilite la mise en œuvre de ce nouveau mode de gestion centralisée où la collectivité garde le pouvoir et est assurée de respecter les objectifs fixés.

Cependant, les postes de pilotage connectés, à l’image du projet OnDijon (Cf. « cas d’usage Projet OnDijon», p. 76) sont encore une exception en France. Le manque de transversalité, de formations dispensées aux agents et le besoin d’un portage politique fort pour justifier les investissements importants sont autant d’obstacles à franchir. Face à ces défis, des solutions de financements existent pour faciliter le déploiement de ces innovations au sein des territoires. (Cf. « Comment financer mon projet intelligent ? », p. 83).

***

1. La ville et l’internet des objets , École des ponts Paris Tech - Agro Paris Tech - Cerema - Les interconnectés, 2018.
2. La ville et l’internet des objets , École des ponts Paris Tech - Agro Paris Tech - Cerema - Les interconnectés, 2018.
3. IoT, quelles technos pour quels usages ? Christophe Guillemin, Smart city mag, #18, juillet 2018.
4. Site internet de l’hackathon, Saint-Etienne (ville et métropole), Suez.
5. Site internet du MIT Media Lab, Project Andorra, Dynamic Urban Planning.
6. Solutions innovantes pour la ville durable : plates-formes numériques, Vivapolis, France Urbaine

Collectivités, avez-vous pensé à :

- Vérifier le niveau d’actualisation des données (en temps réel, etc.) ?

- Réaliser un diagnostic data ?

- Former les agents afin de favoriser la transversalité, la compréhension et l’utilisation d’un référentiel unique ?

- Établir une stratégie d’innovation ouverte en incluant les citoyens et les acteurs économiques ?

Demandez un diagnostic

Découvrir un cas pratique

Territoires
Vers une meilleure compréhension et optimisation des flux touristiques et besoins usagers à Chamonix
LIRE
Territoires
De l’usage des données IOT pour anticiper les variations climatiques
LIRE
Territoires
Une première en France : la gestion intégrée de l’espace public à Dijon
LIRE

Pour aller plus loin

Solutions innovantes pour la ville durable : plates-formes numériques

Vivapolis, France Urbaine

À lire sur Territoires Intelligents

Cybersécurité
Cybersécurité et territoires intelligents : les collectivités territoriales sont devenues des cibles de choix
LIRE
Civic tech
Impliquer davantage les citoyens (Civic Tech)
LIRE
Bâtiments
Améliorer l'offre et la gestion des bâtiments
LIRE